Les prestations innovantes de la caisse de pension du Crédit Suisse

C’est l’une des plus grandes caisses de pension suisses. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : plus de 30.000 assurés et bénéficiaires, 16 milliards de francs suisses d’actifs et un taux de couverture de 110%. Aujourd’hui cependant, la faiblesse croissante des taux de rémunération a poussé Martin Wagner, le gérant de l’organisme, à prendre en 2016 des décisions innovantes pour l’avenir, afin de protéger toujours davantage ses assurés. Quelles sont-elles ?

Taux d’intérêt à la baisse et vieillissement de la population

En effet, selon Martin Wagner, deux ombres pèsent sur l’avenir des retraités suisses ainsi que sur leur caisse de pension : les faibles taux d’intérêt d’une part, et le vieillissement de la population de l’autre. Au bout du compte donc, des rentes moins… rentables, qui doivent, au surplus, être versées plus longtemps. Donc, inévitablement, des coûts plus élevés pour les assurés encore dans la vie active, pour des retraites moins élevées et des placements médiocres. Une situation due en grande partie aux conséquences de la crise économique de 2008 qui a brouillé les cartes des investissements financiers.

Première mesure : la réduction du taux de conversion

Progressive, cette baisse sera effectuée en douceur. Afin de ne pas favoriser une tranche d’âge plutôt qu’une autre, pénalisant certains assurés ayant commencé à cotiser « au mauvais moment », elle est prévue sur une durée de 8 ans. A l’issue de ce processus, la caisse de pension du Crédit Suisse pratiquera un taux de conversion plus conforme à l’actuelle espérance de vie, dont la mise en place devrait réduire peu à peu l’écart qui menace actuellement de se creuser entre le versement des rentes à leurs bénéficiaires, le versement des cotisations de la part des actifs et les bénéfices engendrés par des placements qui n’apparaissent plus comme suffisamment rentables.

Deuxième mesure : le décalage de l’âge de la retraite

La deuxième mesure consistera à décaler l’âge de la retraite de 63 à 65 ans, toujours dans l’optique de prendre en compte cette nouvelle réalité sociale qu’est l’allongement de l’espérance de vie. Certes, il ne s’agit pas forcément d’une bonne nouvelle pour les assurés qui espéraient pouvoir toucher leur pension dès l’âge de 63 ans. Cependant, ce sacrifice leur permettra, d’autre part, de profiter de meilleures performances et ce, à long comme à court terme, puisque la caisse de pension du Crédit Suisse leur promet, parallèlement, l’amélioration des prestations d’invalidité et de décès. Une couverture qui, autrefois réservée aux couples mariés, s’adressera désormais également aux concubins.
Enfin, toujours dans une optique de compensation pour les intéressés mais aussi de relance des placements, des stratégies individuelles rémunérées globalement à plus de 126.900 francs suisses seront lancées à partir de 2018.